514-966-2442

Comment choisir un bon « baseline » ?

Depuis quelques années, les commotions cérébrales ont pris une énorme place dans le monde du sport. On en entend parlé dans les médias, les équipes sportives, à l’école et sur les réseaux sociaux. Tout le monde est préoccupé par cette blessure que l’on nomme la « blessure invisible ». Ce terme prend tout son sens puisque malgré les nombreuses recherches sur le sujet, on reste encore sans réponse. On peut avec certitude dire que des symptômes suivant un impact significatif à des effets néfastes sur le cerveau. De plus, que ça prend un certain temps, à celui-ci, de retrouver son état normal, mais combien de temps? Est-ce que nos athlètes restent trop longtemps en dehors du jeu ? Pas assez longtemps? Malheureusement, aucun moyen ne nous permet d’avoir une réponse claire à ces questions.

À ce jour, la méthode principalement utilisée par plusieurs professionnels de la santé est l’évaluation comparative, dite aussi, « baseline ». Cet outil permet d’établir une comparaison des aptitudes  de l’athlète avant et après un incident provoquant potentiellement une commotion cérébrale. Cette évaluation est actuellement, le moyen le plus utilisé auprès des athlètes. Tu as possiblement déjà été sollicité pour suivre ce genre d’évaluation. Je vais, à travers cet article, t’expliquer de façon éclairée les différents tests que l’on peut t’offrir en « présaison » . En plus, je vais te guider pour t’aider à choisir un bon « baseline » pour toi.

SCAT-5

Tu as probablement déjà entendu parler de cette évaluation. Il s’agit d’un test évaluant l’attention et les fonctions de la mémoire. Il est le seul test, selon le dernier consensus international sur les commotion cérébrales, qui est valide sur le terrain pour évaluer une potentielle commotion cérébrale. L’importance d’utiliser ce test en présaison permet d’obtenir des données de comparaison. À l’aide du SCAT on peut recueillir des données sur les symptômes, l’orientation, la mémoire immédiate, la concentration, les signes neurologiques et l’équilibre. À la suite d’un incident pouvant provoquer une commotion cérébrale, on va comparer tes données obtenues au début de saison avec ceux recueillis sur le terrain. Il est favorable de refaire ce test chaque année, surtout à l’adolescence étant donné les nombreux changements au niveau du cerveau durant cette période.

VOMS

Le VOMS, signifie « vestibular/ ocular-motor screening », un dépistage vestibulaire/ oculaire-moteur. Lors de ce test, on évalue 5 domaines différents: la poursuite visuelle, les saccades horizontales et verticales,  le réflexe vestibule-oculaire horizontal et vertical et la sensibilité visuelle du mouvement. Savais-tu qu’un bon contrôle de ton système vestibulaire te permet de te sentir en équilibre? L’incapacité de tes yeux à se fixer à un point précis lorsque tu es en mouvement peut provoquer une sensation de « bobble head ». Tu peux avoir l’impression que ta tête est continuellement en mouvement. Avec les tests du VOMS, on fait un dépistage du fonctionnement de tes yeux et de la capacité à ton cerveau d’analyser l’information que tu lui donnes. Lors d’une commotion cérébrale, le VOMS est un très bon outil d’évaluation. Un bon dépistage avec le VOMS avant la saison permet de discerner des anomalies chez certains jeunes athlètes.

King-Devick

Le King-Devick est un test de rapidité visuel, il consiste à faire la lecture rapide à haute voix, d’une série de chiffres, en suivant les lignes une à une de gauche à droite selon les différents contrastes. Le mouvement des yeux est un bon indicatif pour déterminer comment répond le cerveau. Savais-tu que 80% de l’énergie de ton cerveau que tu dépenses dans une journée se fait par tes yeux? Ce test permet d’établir une vitesse d’exécution avec un cerveau en bon état et de voir à la suite d’un impact si tu éprouves une diminution dans cette vitesse.

Temps de réaction

Le temps de réaction est la durée qui sépare une stimulation d’une réponse. Il n’y existe pas encore d’appareil d’évaluation très précis pour quantifier le temps de réaction. L’important avec ce test, c’est qu’il soit réalisé exactement de la même façon en début de saison qu’à la suite d’un impact. L’utilité de ce test est de déterminer si ta façon de réagir est aussi rapide. L’objectif est d’assurer un retour à ta normale avant de retourner à la pratique de ton sport.

Test neuro-cognitif sur ordinateur

Le test neuro-cognitif sur ordinateur est une évaluation neuropsychologique condensée pour la réalité des athlètes. Il se fait facilement sur ordinateur en environ 45 minutes et l’interprétation se fait à même l’outil d’évaluation. Il nécessite moins de temps que les tests neuropsychologiques « papier-crayon » et ne demande pas la lecture par un neuropsychologue. Par contre, l’ensemble des dernières études sur le sujet ne recommande pas l’usage seul de ce genre de test. Il a aussi été prouvé que le fait de faire régulièrement ce test, il y avait une importante capacité d’adaptation.

Test à l’effort

Un test à l’effort «  test Buffalo » est une évaluation de l’augmentation graduelle des fréquences cardiaques. Il permet de déterminer la réponse physiologique du cerveau lors d’une augmentation du flux sanguin cérébrale. En d’autres mots, ce test permet d’établir si tu es capable d’augmenter ta fréquence cardiaque sans créer de perturbation à ton cerveau. À la suite d’une commotion cérébrale, une augmentation des fréquences cardiaques provoquera une augmentation des symptômes. Il sera donc possible pour le thérapeute traitant d’établir un programme de récupération individualisé selon ta réponse au test. Faire ce test en début de saison permet d’obtenir des données précises sur la forme physique de l’athlète et sa réponse lors d’un effort intense.

En conclusion, les « baseline » sont bons et importants pour aller chercher le maximum d’information sur tes capacités cognitives, ta façon de réagir, ton équilibre, tes fréquences cardiaques, bref afin d’obtenir un portrait complet de l’athlète que tu es. Ce portrait devient important si tu subis une commotion cérébrale durant ta saison. Avec les différentes données recueillies, le professionnel qui fera le suivi avec toi sera en mesure d’optimiser ta récupération. Il pourra aussi te guider dans un retour vers ton sport de façon sécuritaire. L’objectif de tout ça est d’assurer une guérison complète de ton cerveau et de te permettre de l’utiliser à sa pleine capacité encore pendant plusieurs années. N’hésite pas à me poser tes questions sur le sujet au bas de cet article.


Je t’invite à découvrir l’évaluation comparative qu’offre Équilisport.


Références

McCrory, Paul, et al. « Consensus statement on concussion in sport: the 5th International Conference on Concussion in Sport held in Berlin, October 2016. » British journal of sports medicine (2017): 1-10.

Collie A, Darby D, Maruff P Computerised cognitive assessment of athletes with sports related head injury British Journal of Sports Medicine 2001;35:297-302.

John J. Leddy, MD, FACSM FACP, University Sports Medicine, 160 Farber Hall – SUNY, Buffalo, NY 14214; E-mail: leddy@buffalo.edu; bswiller@buffalo.edu.


Commentaires

Amélie Paquette

0comments

17 Fév, 2018

Commotion cérébrale

Comments

Type a comment

Submit