514-966-2442

Commotion cérébrale: dois-je avoir perdu connaissance ?

Encore aujourd’hui plusieurs personnes croient que nous devons perdre connaissance pour faire une commotion cérébrale. Quels sont les différences mécanismes pouvant provoquer une commotion cérébrale ? On entends régulièrement, j’ai fait juste une « petite commo », « Ce n’était pas une vraie! » ou encore, « Ça, c’est une bonne ! » Comment déterminer si c’est une grosse ou une petite commotion cérébrale ? La réponse à cette question est: il n’y a pas de grosse ou de petite commotion cérébrale. La question que tu devrais te poser c’est: est-ce que j’ai une commotion cérébrale ? OUI ou NON. Dans cet article, je vais t’aider à comprendre ce qui peut provoquer une commotion cérébrale. Pourquoi n’y a-t-il pas des petites ou des grosses ? Reconnaître les mécanismes pouvant provoquer une commotion cérébrale permet de t’éviter de t’exposer à des situations risquées et de subir des conséquences plus graves. Une identification rapide, un retrait de l’activité physique dès l’impact et une prise en charge rapide améliore considérablement ton temps de récupération. Dans cet article, tu vas découvrir quels sont les principaux mécanismes de commotion cérébrale, quel est la meilleure chose à faire dans ces situations et a qui en parler.

Lorsqu’on parle de commotion cérébrale, 2 choses sont importantes le mécanisme de blessure et les symptômes. Nous avons déjà vu les principaux symptômes ressentis à la suite d’une commotion cérébrale dans mon article : Les 10 symptômes les plus fréquents. Nous allons maintenant éclaircir le genre d’impact qui peut t’amener à ressentir ces différents symptômes.

Dans un premier temps, tu dois savoir que les maux de tête, les étourdissements,  les nausées, … sont provoqués par le mouvement du cerveau dans ta tête. Lorsque celui-ci est secoué de façon importante, un déséquilibre se crée et se manifeste par la présence des symptômes mentionnés.

Mécanismes possibles

  • Contact corps à corps

  • Contact tête à tête

  • Chute : Tête contre sol

  • Chute violente sur les fesses

Il est important de mentionner qu’il n’est pas nécessaire de cogner ta tête pour subir une commotion cérébrale. Si l’impact, vient créer un mouvement de va et vient de ta tête, cela peut secouer ton cerveau et avoir la même répercussion que si tu reçois un contact directe à la tête. En bref, tout mécanisme qui peut créer une accélération du cerveau dans ta boîte crânienne peut possiblement amener à provoquer des symptômes et ainsi créer la commotion cérébrale. Il est possible que les symptômes apparaissent jusqu’à 48 heures après l’impact. Tu dois donc être vigilant durant cette période.

Voici donc les différentes étapes que tu dois suivre à la suite de ce genre de chute ou de collision afin d’assurer une bonne récupération pour ton cerveau:

    1. Arrête automatiquement le sport ou l’activité que tu es en train de participer. Prends quelques temps pour observer si l’impact a créé l’apparition de symptômes.

    2. Fais un repos complet d’activité physique pour les prochaines 48-72 heures.

    3. Réévalue après 48 heures si l’impact a créé des symptômes.

      Si présence de symptômes:

  • Consulte un médecin ou un professionnel spécialisé dans les commotions cérébrales le plus rapidement possibles pour obtenir les bonnes recommandations.

  • Débute un protocole de retour à l’apprentissage de façon adéquate.

  • Entreprends un protocole de retour au jeu au bon moment en suivant des directives propices à ton sport.

  • Assure-toi de retourner à ton sport de compétition au moment opportun.

  • Sans présence de symptôme:

  • Si tu as suivi une évaluation « baseline » il serait bien de refaire ton évaluation pour voir si ton cerveau réagit de la même façon qu’avant l’incident.

  • Reprendre graduellement les activités physiques sans restriction.

Repos et récupération

Une bonne prise en charge dès le début de l’incident peut t’aider à éviter les complications reliées à un deuxième impact rapproché ou dues à une surcharge cognitive ou physique dans les premiers jours. Lors d’un impact qui vient secoué ton cerveau dans ta boîte crânienne, le niveau d’énergie du ton cerveau diminue considérablement. Il est donc important de lui permettre un bon repos et une période de récupération. Tu te dois d’être honnête et d’aviser ton entraîneur, tes parents ou tes coéquipiers si tu ressens un ou des symptômes reliés aux commotions cérébrales. Même si tu as un mal de tête pour seulement quelques minutes il est tout aussi important qu’un mal de tête plus intense qui durent plusieurs jours. Dis-toi qu’en arrêtant tout de suite, tu t’assures probablement d’une récupération rapide et sans complications. Si tu as la chance d’avoir un thérapeute du sport qui travaille avec ton équipe ou organisation il est important d’elle lui parler de tes symptômes et de l’incident. Avise les bonnes personnes le plus rapidement possible pour garder un cerveau en santé.

Il est encore plus important de considérer que la disparition des symptômes est une bonne chose. Cependant, il faut être informé qu’une fois les symptômes disparus, le cerveau n’est pas entièrement guéri. Il faut le stimuler graduellement et s’assurer qu’il peut tolérer plusieurs stimuli et différentes interactions sans provoquer le retour des symptômes. Une réadaptation contrôlée et supervisée permet un retour sécuritaire vers ton sport.

Si on résume

Il n’existe aucun appareil, ni examen qui peut nous confirmer la présence ou non d’une commotion cérébrale. La seule chose que nous pouvons considérer, c’est le mécanisme de blessure tel qu’expliqué plus haut et s’il y a présence ou non de symptômes. Quand on parle de mécanisme, il faut évaluer l’impact reçu et si, le cerveau a pu subir une secousse. Plusieurs contacts ou chutes dans le sport peuvent provoquer de tel incident. Pour les symptômes, il faut garder en tête que même le plus petit des maux de tête est important et que même si les symptômes disparaissent rapidement, il faut prendre le temps de faire une bonne réadaptation. Avise rapidement les gens qui t’entourent pour obtenir l’aide nécessaire dès le début. Je t’invite à consulter la section commotion cérébrale pour en savoir plus sur les différents suivis que te propose Équilisport Inc.

 N’hésitez pas à me poser tes questions sur le sujet au bas de cet article. 

 

Commentaires

Amélie Paquette

0comments

10 Mar, 2018

Commotion cérébrale

Comments

Type a comment

Submit